avril 2001
Petr  Kral

En 1941 à Prague. Membre du groupe surréaliste tchèque, il quitte Prague pour la France en 1968 après l'invasion de son pays par l'armée Soviétique. Il a siégé au comité de rédaction de la revue de cinéma Positif pendant plus de 10 ans. Son goût pour le comique se retrouve dans ses études sur Woody Allen ou Tex Avery mais Petr Král a su écrire tout aussi admirablement sur des réalisateurs comme Wim Wenders, Antonioni, Buñuel ou Fellini, analysant chez ce dernier le fantastique caché du quotidien.
En fait pour ce critique, le cinéma est inséparable de l'expérience intime, qu'elle soit fièvre ou vertige. Pour lui "tout cinéma tiède, celui du bon sens, du bon goût et de la bonne mesure semble à écarter d'avance".Il est en cela proche des poètes surréalistes des années 20 qui allaient dans les salles de cinéma à la recherche de sensations uniques. Son style dense et aéré, qualités qu'il apprécie particulièrement dans les films, fait partager au lecteur son expérience de spectateur.
Il a publié des études cinématographiques dans différentes revue notamment L'Express, Le Messager Européen, Trafic, Critique, Caméra Stylo, le Dictionnaire Larousse du cinéma.
Il fut occasionnellement enseignant en université. Ecrivain et poète, il a écrit différents ouvrages dont : Le Burlesque ou Morale de la tarte à la crème (édit. Paris - Stock , 1984), Le Burlesque ou Parade des somnambules (édit. Paris-Stock, 1986), La Fin de l'imaginaire (édit. Ousia, Bruxelles, 1993), Private screening (Londres, Frisson, 1985).

  • L'Aurore